Jeudi 14 avril 4 14 /04 /Avr 13:13

scream_3.jpg

Scream 3, de Wes Craven (Etats-Unis, 1999)

Note : star.gif star.gif


Bien qu’il demeure un très bon film, « Scream 3 » n’en reste pas moins l’épisode le plus faiblard de la première trilogie culte signée Wes Craven… L’effet de surprise est en effet ici largement éventé pour le tueur au masque blanc et l’on sent que l’inventivité constante qui parcourait les deux précédents opus se retrouve en partie bridée dans cet épisode : moins de créativité dans les scènes de meurtres, une séquence d’ouverture intéressante mais bien loin des prologues mythiques de ses aînés… Sans compter que la popularité de la série (et les meurtres de déséquilibrés qu'elle aurait inspirée dans le « monde réel ») semble avoir visuellement édulcoré le propos : moins de sang et plus de gags paraît alors désormais être le credo de « Scream 3 », qui lorgne ainsi plus facilement du côté de la comédie que de l’horreur… On sent du coup que la saga s’essouffle un peu et qu’il était effectivement grand temps de conclure en beauté !

Si le script de cet ultime volet s’avère donc le moins inspiré, cela n’empêche pas néanmoins Wes Craven de livrer un long métrage comme à l’habitude efficace et virtuose, à la mise en scène suffisamment maligne et habile pour passionner le spectateur avec une histoire qui sent un peu le réchauffé… Le film offre en outre quelques séquences de terreur bien sentie, qui si elles ne renouvellent en rien le genre ont au moins le mérite d’être crédibles… De nombreux décors permettent un sentiment factice de renouvellement, qui n’a d’ailleurs rien de désagréable, à l’image notamment du manoir au sein duquel les fils de l’intrigue se dénoueront à la fin du film : multiplication des pièces et des lieux à l’infini, portes qui claquent, phénomènes de surgissements par l’utilisation de l’espace, sous-sol mal éclairé et passages secrets, sont comme autant de rebondissements qui permettent au metteur en scène de jouer librement avec les nerfs de son spectateur…

Mais là où « Scream 3 » est le plus génial, encore une fois, c’est dans sa capacité à se mettre constamment en abyme ! Le cinéaste obsédé de mise en scène et de perspectives se paie en effet le luxe, comme si cela était possible, d’aller encore un peu plus loin dans ce procédé, en mettant cette fois-ci le cinéma au cœur même de l’action… Si le premier film renvoyait dans un étonnant jeu de miroir les actes des personnages et les clichés du cinéma d’horreur, si le second volet intégrait un film dans le film qui mettait en scène les évènements du premier opus, « Scream 3 » fait finalement se rejoindre fiction et réalité en intégrant à cette troisième aventure, qui se déroule en outre au cœur même des studios à Hollywood, le tournage en cours d’un troisième volet de la saga au sein de la fiction : « Stab 3 ». Comme le scénario de « Scream 3 » se révèle bientôt être le déroulé exact du script de « Stab 3 », on peut même se dire que la fiction finit par dépasser la réalité, ou du moins par l’engendrer ! Si chaque personnage de la saga « Scream » possède dans cet épisode son double fictif de « Stab » (les acteurs les incarnant dans les films tirés de leurs vies), le scénario de « Scream 3 » s’amuse en outre régulièrement à « fictionnaliser » la réalité, qui pour nous spectateur est en réalité la fiction… Vous suivez ? Plusieurs scènes illustrent ce procédé à merveille : c’est le cas lorsque Sidney (l’héroïne) se retrouve poursuivie par le tueur sur le plateau de tournage qui reconstitue au détail près le décor même du premier film… là voilà prisonnière d’une boucle temporelle, la condamnant à revivre la même scène cauchemardesque une seconde fois. Heureusement, le caractère factice du décor lui sauve finalement la vie, lorsqu’une porte ne s’ouvre finalement que sur du vide où tombera le tueur… Autre scène à la fois drôle et pleine de suspense qui joue avec le concept de « film dans le film » : les personnages se trouvent terrorisés d’une drôle de manière par le tueur, au sein d’une maison où ils se sont enfermés, puisqu’ils sont tous pendus à un scénario qui sort page après page d’une imprimante et qui leur décrit exactement la scène qu’ils sont en train de vivre… Qui sera la prochaine victime ? Peut-être bien celui ou celle qui attendra de lire la suite du scénario…

Jubilation suprême, Wes Craven place au cœur de son dispositif diégétique un personnage de cinéaste, que l’on peut alors facilement considérer comme un double de lui-même. Si ce personnage « clé » est le réalisateur de « Stab 3 » (tout comme Craven est celui de « Scream 3 »), le dénouement du film nous révèlera bientôt qu’il est bien plus que cela et qu’il est surtout l’origine même de toute la saga… L’origine de tout, le créateur et en d’autres termes « Dieu » : voilà le statut que s’accorde Craven en tant que cinéaste ! Il peut faire ce qu’il veut avec sa fiction : la preuve en est que même s’il prétend ici achever pour de bon sa saga, assurant que cette séquelle n’est pas une vulgaire suite mais bel et bien le chapitre final d’une « trilogie », il n’en conclut pas moins son film sur le plan d’une porte grande ouverte… et voilà que « Scream 4 » apparaît, quelques douze années plus tard !

 

Mise en perspective :

- Scream, de Wes Craven

- Scream 2, de Wes Craven

- Jeu : Les Rois du Caméo # 4

Toute la saga "Scream" vue par Phil Siné

Par Phil Siné - Publié dans : Saga - Communauté : Cinéma
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Le blog de Phil Siné déménage !

Attention, message important : Devant l'agression publicitaire imposée par Overblog à ses utilisateurs, Phil Siné déménage...

Le blog de Phil Siné est désormais consultable à cette adresse : http://philsine.blogspot.fr/

Pensez à mettre vos signets à jour !

Le blog BD de Phil Siné

bande_de_sine-copie-1.jpg

Notation des films

à éviter
bof bof !
pas mal...
bien
très bien
brillant
chef d'oeuvre !

coeur coup de coeur !

Plus d'infos sur la notation

Au fil du mois...

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

La cinémathèque de Phil Siné

On line

Wikio - Top des blogs - Cinéma

twitter logo

cinetrafic

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés